Présentation des artistes

Capture d’écran, le 2022-11-13 à 19.16.33 2.jpg
Macrocosme 0.45_2021_300dpi_jpg.jpg

Cédric loth

IMG_6674.jpeg

Né en 1955 à Saint-Jérôme, il est le plus jeune caricaturiste en 1974 au Devoir, puis au quotidien Le Soleil et au Time Magazine. Par la suite, il multiplie ses disciplines artistiques. De nombreux médiums le fascinent, la sculpture en bronze (La leçon), la gravure et surtout l’eau-forte. Sa passion pour la BD l’entraine vers le dessin animé ainsi que les contes et les livres pour enfants qui comportent de fortes influences du 19e siècle. C’est en 1982 qu’il publie le premier best-seller de bande dessinée au Québec, Atlantic City. Durant cette période, il collabore aussi avec le célèbre magazine pour adulte Métal hurlant, publié dans plusieurs langues. En 2019, après de trop longues années mémorables en publicité, il fait son retour avec le nouvel album Spray, aux Éditions Mosquito.

Cette œuvre créée par Cédric Loth en 2022, reprend un personnage qui l’habitera au début des années 80 et qui provient de l’époque où il travaillait pour Métal hurlant. Il invente, entre autres, les personnages de Harry Zona et de Handle Withcare. On a qu’à lire ces noms pour deviner qu’il a un singulier sens de l’humour ! Harry Zona est un cowboy moderne, rebelle qui aime la mécanique à la Steve McQueen.

cedriclothdrive@gmail.com

Marie-Josée Thomas

IMG_E42CC1423814-1.jpg

Née à Montréal en 1972, cette artiste professionnelle émergente en arts visuels aborde la notion de la mémoire et celle du territoire. Elle porte un regard investigateur et cherche des réponses dans les textures et la matière comme témoin du passé avec une intention proche de celle des archéologues. Sa technique d’impression singulière lui permet de transcrire les détails de la matérialité des lieux qu’elle fréquente, afin de les mettre en lumière. Ses œuvres sont donc les témoins de son passage, de son parcours. Ainsi, elle propose une manière de laisser sa trace. Motivée par le désir de reproduire les images qu’elle perçoit dans les textures et qui se forment dans son imaginaire visuel, elle développe ses propres techniques de conception plastiques comme le monotype au papier carbone.  

 

 

Cet agrandissement imprimé au jet d’encre, d’une série de 18, est tiré d’une série de petits formats originaux (60) présentés dans le cadre d’une exposition individuelle majeure qui a eu à la Station Gallery en banlieue de Toronto en automne 2021. C’est la sérieMacrocosmes inspirée de la série originale des Microcosmes.

mjthomas-art.com

IMG_2378.jpeg

Brigite Normandin

IMG_20220822_230355_980.jpg

Native de Saint-Bruno de Montarville, Brigite Normandin est une artiste chevronnée qui compte à son actif de nombreuses expositions. Ses oeuvres font partie de plusieurs collections privées, ici et à l’étranger. Installée à Sutton (Canton de l’Est) depuis 1990, elle travaille et s’implique bénévolement dans les organismes culturels qui font la promotion d’artistes de la région. C’est dans cet esprit qu’elle acquiert avec son conjoint une ancienne Église Unie pour y fonder, en 2014, la Galerie Art Plus.

 

Parallèlement à ses activités de galeriste, elle ne cesse jamais de se vouer à son art. Au rez-de-chaussée de sa galerie, on découvre son univers où les objets-artéfacts les plus variés se côtoient intimement : livres anciens, fragments d’os, pièces de métal et trésors de toutes sortes. Sa production artistique est complexe, en marge des tendances et des dogmes : elle nous présente un miroir très personnel de notre humanité. 

 

 

 

Graphium sarpedon et fossile

 

Ce dessin, de 2022, à l’encre sur palimpseste raconte l’histoire en superposant l’ancien et le nouveau. Le Graphium nous incite à faire face à la précarité de la santé des créatures de nos milieux naturels. La fonction de l’ardoise gravée sert à se remémorer l’espèce qui y a laissé ses traces fossilisées.

brigitenormandin@gmail.com